Festival GUITARE GUITARES

Juillet 2019 – Eglise de Pibrac

L’émission Guitare, Guitares de France Musique fait son festival ! Chaque concert sera précédé d’une présentation de Sébastien Llinares.

20-22-24 Juillet 20h
PASS pour 3 concerts
>>> 25 € billetterie internet

20 Juillet 20h La Copla Perdida
Quito Gato guitare Luciana Elizondo viole de gambe et chant
>>> 10 € billetterie internet et vente sur place le jour du concert
22 Juillet 20h Première partie: Récital Alicia Stubbe
Récital Nicolas Lestoquoy guitare
>>> 10 € billetterie internet et vente sur place le jour du concert
24 Juillet 20h Première partie: Récital Laura Rouy
Récital Sébastien Llinares guitare
>>> 10 € billetterie internet et vente sur place le jour du concert

Samedi  20 juillet 2019

LA COPLA PERDIDA 

« La Copla Perdida » est composé de Luciana Elizondo et Quito Gato. Ils se sont rencontrés à Bariloche, un des lieux parmi les plus beaux de l’Argentine du Sud. Ils venaient respectivement de Rosario et de Buenos Aires, Luciana avec sa viole de gambe, et Quito avec son théorbe (un instrument de la famille du luth) et sa guitare pour un cours de musique ancienne, de la Renaissance et de la musique baroque.

« A partir de ce moment-là, malgré le départ de chacun pour des villes différentes et relativement distantes en Europe, Crémone en Italie et Strasbourg en France, nous avons commencé un passionnant voyage à travers le folklore et la musique populaire de l’Amérique hispanique. En août prochain, nous enregistrerons un CD qui reprendra et illustrera la longue route parcourue ces dix dernières années : plus de cent concerts de par les océans avec les paysages sonores les plus divers, porteurs d’un secret à partager avec tous ceux qui voudront nous aider à réaliser notre rêve et à concrétiser ce voyage musical extraordinaire. »

En Amérique latine, « La Copla perdida » représente l’ensemble des chants du folklore et de la musique populaire, ainsi que des chansons d’auteurs, naît du métissage issu de la colonisation et de l’indépendance des divers états latino-américains qui a suivi, puis s’est développé avec la chanson populaire, héritage des conquérants, présente dès leur arrivée au XVè siècle avec la romance. Ces chansons conservent leur propre racine hispanique, caractérisée par la description de la terre, du paysage, du peuple et de ses coutumes, de l’amour et ses conséquences, mélangeant parfois à la religion chrétienne des rites pratiques de la communauté aborigène, adjoignant le castillan aux autres langues vernaculaires.

La tradition du chant et de la guitare, alliage indissoluble de l’héritage castillan, et de la figure éternelle du ménestrel, a traversé au fil du temps l’océan à diverses reprises, portant de part et d’autre des histoires fantastiques, des symboles et des images inconnus, des idées, des dialectes, et un vocabulaire infini, nouveau et toujours plus surprenant, qui enrichit et continue à enrichir cette identité hispanique.

A la voix et la guitare s’ajoute une Viola de Arco, instrument venant de la tradition ibérique profonde, connu aussi sous le nom de viole de gambe. Le «Cantar a la Viola» fut une technique, une manière d’interprétation musicale très enracinée entre le XVème et XVIIIème siècles. C’était le chanteur lui-même qui utilisait son instrument pour s’accompagner, une technique et un art qui disparaîtront quand la viole de gambe tombera en désuétude. Aujourd’hui, après avoir récupéré et valorisé cet art, Luciana et Quito souhaite remettre en avant ce mode virtuose et théâtral de chanter couplets et poésie populaires.

Luciana Elizondo

A commencé ses études musicales à la Scuola di Musica de l‘Université Nationale de Rosario, puis la viole de gambe et a continué en Europe avec Vittorio Ghielmi. En 2005, elle obtint une bourse d’étude, s’installe en Italie et poursuit ses études à l’Accademia Internazionale della Musica de Milan. Elle a reçu son diplôme final puis a suivi un master en interprétation musicale, au Conservatoire de musique de Genève. Elle collabore avec divers ensembles comme l’Ensemble Elyma, Estro Cromatico, Festino armonico Cum Altam, Glossarium, La Cecchina, La Venexiana, Ensemble Européen William Byrd, Cremona Antiqua parmi d’autres, pour des concerts dans les Salles et Théâtres les plus importants d’Amérique du Sud et d’Europe. Elle a enregistré pour les labels discographiques EPSA, K617, Sony et Arcana. Enseigne aujourd’hui la viole de gambe.

Quito Gato

Guitariste et pianiste, Quito Gato est diplômé du Conservatorio Nazionale di Musica Carlos Lopez Buchardo de Buenos Aires.Il suit divers cours : direction d’orchestre, composition et percussions à l’Escola de Musica da Universidade Federal à Rio de Janeiro, et au Berkle College of Music de Boston.

Depuis 1992 il étudie la musique ancienne : luth,  vièle et guitare baroque

En tant que directeur, soliste ou membre d’ensembles divers, il est intervenu dans divers théâtres d’Amérique du Sud, des États-Unis, d’Europe … Il collabore avec différents orchestres et ensembles de musique ancienne, tels la Capella Mediterranea, l’Arpeggiata, The Rare Fruits of Council, Le Concert d’Astrée, Clematis et Capella Real di Madrid, entre autres. Il a enregistré pour les labels Virgin, Naïve, Alpha, K617, MA Recordings, Musica Ficta, Ricercar, Ambronay, Testigo, Naxos et Sony, parmi d’autres.

En tant que compositeur et arrangeur il participe à des productions diverses dans les domaines du cinéma et de la publicité. En 2008 il a créé l’Ensemble Glossarium avec lequel il développe une activité intense dans toute l’Europe

Lundi 22 juillet 2019

NICOLAS LESTOQUOY

PROGRAMME :

  • Sonate de Christian Vasseur (Créée à Bruxelles par N. Lestoquoy en 2019)
  • Sérénade de Nicolas Bacri (dédiée et Créée par N. Lestoquoy en 2019 à Paris)
  • 2 choros d’Ernesto Nazareth Arr. Pascal Proust (Créée à Paris par N. Lestoquoy en 2019)
  • Étude d’un Stella Bendetowicz (Créée à Bruxelles par N. Lestoquoy en 2019)
  • Carnaval de Venise de Francisco Tarrega
  • Capricho Arabe Francisco Tarrega

BIOGRAPHIE

Nicolas Lestoquoy est né à Lille en 1982. Il commence la guitare à l’âge de 5 ans auprès du guitariste Xavier Descamps. Héritier des méthodes de Abel Carlevaro il s’imprègne du répertoire sud américain dès le plus jeune âge. Cotoyant les musiques amplifiées à l’adolescence il part en tournée dès qu’il eu 18 ans et se fait une place dans le milieu des musiques alternatives. Peu de temps après il se rapproche de ses premiers enseignements et se forme auprès de Jean Phillippe Gruneissen au conservatoire de Lille. Il entre ensuite dans la Classe prestigieuse classe d’Alberto Ponce (CNSMDP, ENSMDP) d’où il sortira avec les plus belles distinctions.

S’enchainent depuis les rencontres et les disques. D’abord avec Sébastien Llinares avec qui il enregistre les Variations Goldbergs et forme ainsi le Duo Mélisande. Leur disque (paru chez Paraty) rencontre un très beau succès et les Radios Nationales s’emparent vite de cette nouvelle référence. C’est ensuite avec Berten D’Hollander qu’il explore le répertoire pour duo avec Flûte Traversière. Leur Duo, très remarqué, ne laisse personne indiffèrent et leur succès tant sur scène qu’au disque (Intégrale de Giuliani paru chez Hortus & AYZ) révèle encore une fois la virtuosité des interprêtes au service de la musique.

Plus récemment il forme le Cuarteto Levín dans plus pure tradition du Tango Chanté. Entouré de musicien eux aussi formés dans les Conservatoires Supérieurs, il sort sur le label Atom Records un beau disque enregistré lors de leur première tournée à Buenos Aires. Régulièrement appelé comme Sideman il se produit avec le Quintet de Jazz « Swingin’ Partout » qu’il a formé. Cette année ils partent en tournée en Inde. Nicolas est soutenu par la Spedidam, et le Bureau Export.

« Madame, Monsieur,c’est avec plaisir que je m’adresse à vous pour vous dire à quel point ma collaboration avec le guitariste Nicolas Lestoquoy s’est avérée fructueuse. Nicolas Lestoquoy possède de grandes qualités de coloriste et fait chanter la guitare avec sensibilité. Cela fut manifeste autant pour la pièce que je lui ai dédié, SERENADE MELANCOLIQUE op. 99 (2004, éditions Alphonse Leduc), que pour les autres pièces que j’ai eu la chance d’écouter interprétées par lui.Je lui souhaite un succès mérité tout au long de sa carrière de soliste et de chambriste qui semble s’affirmer de jour en jour. Cordialement, » Nicolas Bacri.

“Avec une assurance à toute épreuve celui qui collectionne les projets musicaux est aujourd’hui au coeur de l’actualité” Florent Passamonti, Guitare Classique Magasine​

“Nicolas Lestoquoy, guitariste toujours très actif, jouant en solo, en quintette, est également avide de nouvelles rencontres puisque c’est aujourd’hui avec le flûtiste Berten D’Hollander qu’il se produit en duo dans ce superbe enregistrement. Une réussite discographique indiscutable, mais également une découverte avec ces œuvres du compositeur Mauro Giuliani (1781-1829) encore inédites au disque.” Patrice Imbaud, L’éducation Musicale

Mercredi 24 juillet 2019

SEBASTIEN LLINARES

PROGRAMME :

  • Suite l’infidèle de Sylvius Leopold Weiss
  • 6 Pavanes de Luis Milan
  • Toccata & Passacaille de Rafael Andia
  • Transcriptions ( Erik Satie, Georges Gershwin, Rufus Wainwright)

BIOGRAPHIE

Guitariste singulier, musicien au parcours riche et atypique, Sébastien met son jeu au service de toutes les musiques, anciennes ou contemporaines, écrites ou orales, savantes ou populaires. Malgré cette versatilité revendiquée, il s’inscrit dans la lignée de l’école espagnole grâce à l’enseignement de Rafael Andia suivi à l’École Normale Supérieure de Musique de Paris. Rapidement, Sébastien décroche le Diplôme Supérieur de Concertiste, et Rafael Andia écrira : « Sébastien a un talent unique qui le place au niveau des plus grands. Une technique à toute épreuve, alliée à un son rare, donne à sa musique une force peu commune. Il montre une telle facilité qu’on n’a jamais l’impression d’effort, impression habituelle même chez les grands guitaristes. »

Aujourd’hui, Sébastien visite le répertoire en cherchant la voie d’un nouveau romantisme, où la rigueur formelle développée pendant ses études de musicologie, la conscience historique née de sa pratique des musiques anciennes et la spontanéité issue de l’étude du jazz, tentent d’établir un dialogue entre les styles et les époques.

Il se produit régulièrement en soliste, en formation de chambre ou en ensemble, et son répertoire large lui permet de donner des concerts et récitals brassant diverses esthétiques, de la musique ancienne à la création en passant par le jazz. Ainsi, il est souvent invité sur les scènes et dans les festivals, en France et ailleurs, notamment à Paris (Maison de la Radio, salle Cortot, Maison de l’UNESCO, Fondation Cartier pour l’art contemporain, Cité de la Musique, théâtre Paris Villette); à Toulouse (Cloître des Jacobins, Théâtre Garonne, Saint-Pierre des Cuisines, Concert à l’Orangerie de Rochemontès); à Nantes (Folles Journées) ; en Sardaigne (Teatro Lirico de Cagliari) ou encore à Genève (Château de Penthes), et sur le Douro pour les croisières Musicalia. Il est par ailleurs l’invité régulier du Festival Radio France et Montpellier.

Les musiques de chambre et d’ensemble occupent une place importante dans son activité. Passionné par la voix et le chant, il collabore avec les chanteuses Sarah Laulan, Omo Bello, Elise Chauvin, Orianne Moretti qui, avec sa compagnie Correspondances, l’a convié à la création de l’opéra de chambre Memoria(e) et à son spectacle « Voix d’enfance, Voix d’exil ». Il se produit aussi en concert avec la violoncelliste Maitane Sebastian ou en compagnie du guitariste Nicolas Lestoquoy avec qui il a créé le Duo Mélisande, qui joue notamment une adaptation très remarquée pour deux guitares des célèbres Variations Goldberg de Bach, donnée régulièrement en concert.

Des compositeurs écrivent et éditent et lui dédient des pièces dont il assure la création. En 2015, Sébastien a créé avec l’Orchestre de Chambre de Toulouse, sous la direction de Gilles Colliard, le Concerto pour le Grand large qu’Éric Pénicaud lui a dédicacé. Il a créé (Oratoire du Louvre, Eglise de Deauville) enregistré (label Polymnie) et participé à l’édition (production d’Oz) du Concerto da camera de Dominique Preschez.

Sébastien transcrit pour son instrument des pièces inédites d’E. Satie, J-P. Rameau (pièce éditée dans le magazine Guitare Classique), J.S. Bach, J. Turina, G. Gershwin, L. Bernstein, etc. Ses « Trois Bagatelles » pour guitare sont publiées aux Éditions Sempre Più. Et ses « Miniatures Polyglottes » pour guitare et piano sont publiées aux éditions Billaudot.

Sébastien est producteur sur France Musique d’une émission hebdomadaire intitulée « Guitare guitares ».

Il collabore régulièrement avec la revue spécialisée Guitare Classique, publiant articles, chroniques de livres et partitions, éditant partitions et enregistrant des masterclass.

Sébastien est professeur au Conservatoire Erik Satie (Paris 7e). Il tient également une classe au Conservatoire International de Musique de Paris (17e).

Son premier disque consacré à Turina est sorti en 2011 (label Paraty, distrib. Harmonia Mundi) puis en 2014 les Variations Goldberg avec le duo Mélisande. En partenariat avec l’Action Musicale Pierre Wissmer et Paraty, en 2015 il enregistre Soliloque et les pièces pour guitares de P. Wissmer, H. Sauguet, A. Roussel et F. Poulenc.

Son dernier CD consacré à ses transcriptions d’œuvres d’Erik Satie est sorti le 7 avril 2017.

Ces disques sont chaleureusement salués par la presse comme par le public.